Rechercher
  • Arnaud, aa

« Tout aboutit à la Sainte Eucharistie »,

Mis à jour : 27 avr. 2020



Ces disciples qui au soir de la résurrection du Seigneur faisaient route vers un village appelé Emmaüs. Leur histoire est émouvante. L’un d’eux réfléchit sur la route :


"Cher Emmaüs, ma région de campagne. Ton nom est« Hammat » en hébreu, « printemps chaud » ou « eau chaude ». Désespérés par les événements de Jérusalem, nous venons pour trouver refuse et réchauffer nos cœurs à la chaleur du printemps et aux eaux chaudes de notre région. « Jérusalem ! Jérusalem ! Toi qui tue les prophètes » : cette lamentation du Seigneur provoque en nous une profonde tristesse. Que devons-nous faire ? Tout est peine et misère.


Oui, nous avons tout quitté pour suivre ce Jésus. En Lui nous avions mis notre espoir. Tristesse et désolation, peur et angoisse nous accablent. Il est mort. Comme beaucoup, nous avions cru qu’il nous délivrerait de l’occupant romain et de la misère du monde. Devant une impasse parce que Jésus est mort, nous avons décidé de quitter Jérusalem pour reprendre vie. Mieux vaut être prudent et ne pas prendre le risque de subir soi-même des représailles… On est seulement à deux heures de marche de Jérusalem, on ne sait jamais…"

Ces deux disciples ont les yeux aveuglés. Ils font une analyse purement humaine de la situation. Jésus, ils l’ont aimé, ils l’ont admirés, ils l’ont suivi… Deux choses leur manque: la mémoire et le cœur. Leur cœur est bouleversé. Leurs yeux ne voient pas l’invisible.

Une leçon pour nous ? Quand nous sommes découragés, ne gardons-nous pas nous aussi nos yeux rivés sur nos difficultés, à vouloir tout résoudre par nous-même, qu’à faire confiance, à nous en remettre au Seigneur ressuscité?

C’est ainsi que Jésus chemine avec eux, et commence à leur ouvrir les yeux à l’intelligence des Ecritures : « Esprit sans intelligence ! Comme votre cœur est lent à croire…» Jésus invite les deux disciples à l’intelligence du discernement avec un cœur sincère. Le cœur dans la Bible est l’expression de la liberté, de la volonté. Le cœur libéré de la mondanité terrestre peut en retour accueillir la Parole de Dieu. Si nous lisons, méditons et partageons régulièrement les Saintes Ecritures, elles seront sources de Lumière lors des évènements heureux ou malheureux.

« Reste avec nous, car le soir approche et déjà le jour baisse. » : les paroles de cet étranger sont tellement apaisantes, qu’ils l’invitent à passer la soirée. Initiative de leur part qui une réponse à l’initiative première de Jésus qui les a rejoint en chemin. Il relève ceux qui doutent et leur ouvre les yeux.

Dans son amour immense, il accompli le mystère de la Sainte Eucharistie : « …Ayant pris le pain, Il prononça la bénédiction et, l’ayant rompu, Il le leur donna. Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent ». Leurs yeux s’ouvrent comme ceux d’Adam et Eve dans la Genèse après le péché. Alors, ils ont discerné qu’ils étaient nus, c’est-à-dire dépouillés de la gloire de Dieu.

Accueil de la Vérité, Jésus accomplit les Ecritures. Les disciples ont reconnu Jésus à la fraction du pain. Le Seigneur disparaît à ce moment-là parce que connu dans la foi, on a plus besoin de le voir « Heureux ceux qui croient sans avoir vu ».

Frère Rémi Clovis, a.a, diacre

47 vues0 commentaire