Temps pascal, temps des joies.

Dernière mise à jour : 25 avr. 2020


Pendant les huit jours après Pâques, la liturgie nous a proposé des récits de rencontres du Christ ressuscité avec ses amis. Chacun des évangélistes raconte à sa manière ces rencontres émouvantes et extraordinaires. Extraordinaire, car il s’agissait de Jésus mort, mais aujourd’hui bien vivant. Il est aisé de constater un sentiment mêlé chez les disciples, entre crainte et joie, entre la résistance à la foi et la grande joie de rencontrer le Seigneur.


Cette joie de Pâques devait nous imprégner lorsque nous avons célébré Pâques. Cela l’est plus encore cette année. Car autour de moi, j’entendais la même chose. La situation actuelle pouvait être angoissante et pénible, elle n’enlève en rien notre joie pascale. Je le crois bien. Le cœur de chacun, chacune, n’a-t-il pas vibré d’une certaine joie lorsque nous allumions notre bougie depuis chez nous devant l’écran, à la Veillée pascale, comme signe de joie et d’espérance en la force de la vie nouvelle apportée par le Christ ? Oui. Avec Pâques, nous fêtons l’avènement de la Vie. Le Christ nous fait entrer dans l’ère nouveau où l’Esprit saint est à l’œuvre. Une vie transformée par la grâce commence ici et maintenant.


Néanmoins, lorsque nos esprits doivent s’affronter à la réalité de chaque jour, il est difficile de résister parfois à un sentiment d’impuissance et d’accablement. Notre joie peut nous sembler alors lointaine. Mais, elle ne disparaît pas. Cette joie prend peut-être d’autres formes plus humbles dans nos quotidiens : la naissance d’un enfant dans la famille, la contemplation de la nature ; la joie de s’entraider et se soutenir, etc. En un mot, toutes les petites joies qui font vivre et aident à faire le bien.


Le Christ Ressuscité nous invite à la vie. Il nous invite à intégrer sa joie dans notre petite vie. Demandons-lui de nous aider à adhérer à cette véritable vie en nous laissant guider par son Esprit. L’Esprit saint nous fera consentir à cette vivante espérance grâce à la Vie nouvelle apportée par le Christ ( 1 P, 1, 3). C’est dans cette vivante espérance que le monde sera sauvé.


Frère François- Xavier Tuan


18 vues0 commentaire