Rechercher
  • Arnaud, aa

Soirée oecuménique sur l'Eglise Arménienne

Jeudi 15 octobre, très belle soirée autour de l'Eglise Arménienne.

Ci-dessous, des éléments de fonds sur le plan historique et théologique. Puis, plus bas, une caret et un lien vers un article expliquant la situation actuelle.



Église apostolique arménienne

Histoire

L'Eglise Apostolique d'Arménie est dite apostolique parce que née de l'évangélisation des Apôtres, Saint Thaddée et Saint Barthélemy.

A la suite de cette évangélisation de nombreux arméniens se convertissent, mais l’état reste païen.

C’est Saint Grégoire l’Illuminateur (vers 257 – 331) qui fonda et organisa la hiérarchie de l’Eglise d’Arménie. Il fut élevé hors d’Arménie dans la province grecque de Cappadoce. Lorsqu’il est de retour en Arménie, le roi Tiridate III, apprenant qu’il est chrétien, le fait jeter dans une basse fosse où il restera 13 ans. Le roi, qu’il guérit miraculeusement, le fait libérer. Il s’en suit la conversion à la foi chrétienne du roi et de sa cour, et le baptême du peuple arménien.

Le christianisme fut proclamé religion officielle de l’Arménie en 301.

Saint Grégoire fut ordonné évêque à Césarée de Cappadoce en 314. En 303 il construisit la cathédrale de Sainte Etchmiadzine (ce qui signifie : « le Fils unique est descendu ») telle qu’elle lui fut révélée dans une vision. C’est une ville située à une vingtaine de kilomètres de la capitale Erevan.

L’Eglise d’Arménie est une Eglise autocéphale, c'est-à-dire qu’elle a à sa tête son propre chef spirituel.

Durant la période soviétique l'activité spirituelle en Arménie a été mise à mal. Cependant depuis la fin de l'URSS, l'Arménie connaît un vigoureux regain spirituel et l'Eglise Apostolique Arménienne a retrouvé son rôle traditionnel de "foi nationale" des Arméniens.

Aujourd'hui, l’ensemble des Arméniens dispersés de la mère patrie aux communautés de la diaspora, se reconnaît dans son Église nationale. Pour eux, le christianisme est un facteur de cohésion politique et un ciment culturel.

La foi de l’Eglise apostolique arménienne

L'Église arménienne reconnaît les trois premiers conciles : elle a participé au premier concile oecuménique celui de Nicée en 325, et elle a adopté le symbole de foi de Nicée, où la foi de l'Église universelle est proclamée intégralement. Elle n'a pu envoyer de représentants au concile de Constantinople en 381, ni à celui d'Ephèse en 431, mais elle en a appliqué les édits et directives.

L'Église arménienne considère que l'essentiel des dogmes du christianisme a été formulé dans ces trois conciles reconnus par tous, et elle proclame : un seul Seigneur, Jésus-Christ, Fils de Dieu, Sauveur ; et Marie, Théotokos, c'est-à-dire Mère de Dieu.

L’Eglise arménienne n’a pas pu participer au concile de Chalcédoine en 451, étant en guerre contre la Perse qui voulait lui imposer sa religion mazdeiste : elle ne reconnaît pas ce concile.

L'opposition porte essentiellement sur la dualité de la nature du Christ (divine et terrestre).

Dès lors, l'Eglise Apostolique Arménienne est considérée comme monophysite par les Byzantins et les Latins, alors qu'elle a toujours rejeté la doctrine d'Eutychès (378-454) « qui ne voit en Jésus-Christ que la nature divine sous l'apparence humaine. »

Le christianisme se renforce en Arménie par la traduction de la Bible. En effet, avant le Ve siècle, l'arménien n'étant pas écrit, la Bible et la liturgie sont rédigées en grec ; ce n'est qu'en 405 que s'achève la création de l'alphabet arménien, suivie de la traduction des textes religieux. La Bible arménienne se différencie toutefois des Bibles des autres Églises orientales : les livres deutérocanoniques ne sont en effet traduits qu'au VIIIe siècle et ne sont lus dans les églises qu'à partir du XIIe siècle.

Organisation de l’Eglise apostolique arménienne

Le chef de l’Eglise Apostolique Arménienne est le catholicos (pape) qui siège à Etchmiadzine, près d’Erevan.

Le trône est occupé depuis novembre 1999 par Karékine II. C’est le 132e catholicos de l’Eglise Arménienne. Son autorité s’étend sur environ 10 millions d'arméniens vivant en Arménie ou dans la diaspora. Il bénéficie d'une primauté d'honneur parmi les différents hiérarques.

L'Église arménienne comprend quatre sièges épiscopaux éminents, deux catholicosats autonomes et deux patriarcats secondaires qui dépendent du Saint Siège d’Etchmiadzine :

  • le catholicosat de tous les Arméniens à Etchmiadzine,

  • le catholicosat de la Grande Maison de Cilicie (Turquie), replié depuis 1917 à Antélias (banlieue de Beyrouth), au Liban. Le trône est occupé par Aram Ier, son autorité s’étend sur les Arméniens du Liban et une partie de la diaspora (États-Unis, Grèce, Iran…).

  • le patriarcat d’Istanbul, dont le titulaire est Mgr Mesrob Moutafian qui a autorité sur les Arméniens de Turquie.

  • le patriarcat de Jérusalem, dont le titulaire est Mgr Torkom Manouguian qui a autorité sur les fidèles de Palestine.

Liturgie

Le calendrier liturgique, édicté en 584 a été entièrement refondu et complété au XVIIIe siècle par le Catholicos Siméon 1er Yérévantsi (1763-1780). Il comporte de nombreuses fêtes dédiées à Dieu, à la Ste Vierge et aux Saints.

Le calendrier grégorien fut adopté par l'Église apostolique arménienne le 6 novembre 1923.

L’année liturgique débute le 6 janvier par la fête de Noël et de l’Epiphanie.

Les 7 sacrements de l’Eglise apostolique arménienne sont communs avec les Eglises catholique et orthodoxe :

· Baptême, Confirmation et Communion ont lieu le même jour. Traditionnellement, on baptise les enfants huit jours après leur naissance ou dans leur première année. L'enfant est immergé complètement et à l'horizontale. Tout de suite après le baptême, la confirmation par le Saint Chrême et la Sainte Communion sont immédiatement données par le Prêtre qui baptise.

· la Confession (ou pénitence) a lieu en groupe. Le confesseur énonce, après une prière générale exprimant le regret, une série des principaux péchés où chacun peut reconnaître au passage, les siens propres ; puis après un temps laissé au repentir, donne l'absolution. La confession individuelle est aussi pratiquée ; elle se demande au prêtre paroissial ou au père spirituel.

· pour communier il est obligatoire de s'être préalablement confessé au prêtre et être à jeun. La communion se fait sous les deux espèces. On communie généralement aux cinq grandes fêtes : Noël, Pâques, Transfiguration, Assomption, Exaltation de la Croix.

· au cours du Mariage le couple doit recevoir la communion (et donc se confesser). Le divorce est admis, après jugement, dans des cas exceptionnels. Le ou la divorcée par la faute et aux tords de son conjoint, peut-être autorisé à se remarier. Après veuvage, on ne peut se remarier que deux fois.

· le sacrement de l’Ordre est conféré par l'imposition des mains, l'apposition du Saint Chrême et la remise des insignes propres à chaque degré.

· l'Extrême Onction n’est pas en usage courant pour les fidèles.

Le rite arménien est utilisé par l'Église apostolique arménienne et par l'Église catholique arménienne. Il est apparenté à la fois aux rites syriaque occidental et byzantin. La langue liturgique est le grabar (arménien classique).

Les rites liturgiques arméniens comportent beaucoup de parties chantées.

La Divine Liturgie : comporte 4 temps : la préparation, la liturgie de la Parole (ou synaxe), le Canon du Saint Sacrifice et la dernière Bénédiction (ou Renvoi).

Œcuménisme

L’Eglise Apostolique Arménienne est en communion avec les Eglises de la famille Orthodoxe Orientale (Eglises éthiopienne, copte, syrienne, indienne et érythréenne).

Très ouverte aux relations avec les autres Eglises chrétiennes, elle fait partie du Conseil Œcuménique des Eglises (COE) et de la Conférence des Eglises d’Europe (KEK).

L’Eglise apostolique arménienne pratique l’hospitalité eucharistique.

En ce qui concerne les rencontres récentes avec des responsables des autres Eglises chrétiennes, nous pouvons citer :

  • 12 mai 1970 : déclaration commune de Paul VI et de Vasken Ier.

  • 1996 : déclaration commune de Jean-Paul II et de Karékine Ier;

  • 1997 : déclaration commune de Jean-Paul II et d'Aram Ier, catholicos arménien de Cilicie.

  • 2001 : visite de Jean-Paul II en Arménie à l’occasion du 1700ème anniversaire de la proclamation du christianisme comme religion d’Etat.

L’Eglise Apostolique Arménienne en France

En France, la communauté Arménienne est constituée par des arméniens qui ont immigré après le génocide de 1915. Il y a eu ensuite une 2ème arrivée importante en 1978 suite à la guerre du Liban. Cette communauté compte aujourd'hui environ 600 000 personnes.

Dès 1964, les dialogues théologiques entre chrétiens chalcédoniens et non chalcédoniens ou orthodoxes orientaux ont confirmé que les Eglises orthodoxes orientales ne sont pas monophysites.

En décembre 2006, sa Sainteté Karékine II a décidé de la création du diocèse de l'Eglise apostolique arménienne de France dont le siège est situé à la cathédrale Saint Jean- Baptiste de Paris.

Le 22 juin 2007, l'assemblée diocésaine a élu à la fonction d'évêque Mgr Norvan ZAKARIAN, qui exerçait jusqu'à cette date son ministère à Lyon.

Deux vicariats, l'un pour le Sud de la France (à Marseille), l'autre pour la région Rhône-Alpes (à Lyon), et 24 communautés ecclésiales sont placés dans sa juridiction.

Il existe une grande solidarité entre ces arméniens issus de la diaspora. De ce fait beaucoup d’associations à but culturel, social ou sportif regroupent les membres de cette communauté.


La Situation actuelle

Pour en savoir plus: https://www.la-croix.com/Monde/Haut-Karabakh-cartes-comprendre-conflit-2020-10-14-1201119412




8 vues0 commentaire
Communauté Assomptionniste de Valpré
  • Blanc Icône Instagram
  • Blanc Facebook Icône

09 87 74 78 68

communaute.chretienne.valpre@gmail.com

1, Chemin de Chalin

69130, Ecully

France

Laissez-nous un message

©2023 by Chrétiens à Valpré. Proudly created with wix.com